La sommation des images

Titre impératif et curieux pour l’exposition du Fonds Régional d’art Contemporain de Clermont-Ferrand présentant les œuvres de Mireille Blanc, une jeune artiste de 30 ans diplômée des beaux-arts de Paris. Une vingtaine d’élèves de terminales et de premières inscrits en option de spécialité arts plastiques du lycée ont donc suivi en bon ordre leur professeur pour cette découverte et ce questionnement sur le statut d’une image.

Il s’agit d’occulter le sujet de l’œuvre pour ne plus voir que la peinture en tant que matériau. Il va falloir donc devoir s’arrêter longuement avant de reconnaitre ou non les indices d’une figuration qui veut se faire oublier. A l’image du fragment du corps d’un centaure sur grand format portant sur le bras la peau d’un animal mort.

Comment ne pas penser alors à l’autoportrait de Michel-Ange du jugement dernier en « écorché » ? Couches et sous-couches, réminiscences mémorielles le travail de l’artiste est le résultat d’un processus basé sur des photographies recadrées et un travail sur Photoshop. L’artiste passe ensuite avec plaisir sans doute à un travail de peintre éloigné de la copie.
Les traces de « faux » scotch peint induisent le spectateur dans l’erreur d’une surface peinte et lui donnent l’ordre d’un stop pour devenir vraiment actif dans l’acte de regarder.

Voir l’album photo en cliquant ci-dessous :