Voyage en Italie du 21 au 26 octobre

Les élèves de Seconde, Première et Terminale étudiant l’italien LV2 sont partis en Italie, à Venise et Vérone du Dimanche 21 Octobre au Vendredi 26 Octobre 2007.
Accompagnés de Mme Thioulouse, professeur d’italien, M. Hayma, professeur de Physique-Chimie et Mme Bétizeau, professeur d’Histoire-Géo nous partons en direction de la « Reine de l’Adriatique ».
Etrange dépaysement : le trafic routier s’arrête aux portes de Venise laissant place à la navigation et à la marche à pied. Sous un ciel couvert, nous pénétrons dans un labyrinthe de petites rues et de canaux. Alors que Mia, notre guide, nous raconte l’histoire de la ville, nous admirons les somptueux palais byzantins et les ponts en tous genres. Toutes ces ruelles semblent encore raisonner des fastes du carnaval.

Nous rencontrons alors l’artiste de l’atelier Ca’ del sol qui nous livre les secrets de fabrication des célèbres masques et nous revivons en les essayant, la féérie de cette fête. Nous repartons des paillettes plein les yeux, et de l’eau sur les parapluies… Le Campanile de la place St Marc haut de 90 mètres se détache sur un ciel gris uni et du sommet, nous distinguons à peine les canaux serpentant dans la ville jusqu’à la lagune, théâtre du défilé incessant des Vaporettos.
Ces célèbres bateaux nous invitent à la visite des îles de la lagune : d’abord Burano, petite île de pécheurs où toutes les maisons sont peintes de couleurs vives et où l’activité principale des femmes est la dentelle à l’aiguille ; puis Torcello, petite île de cent habitants principalement connue pour l’église Santa Fosca ; enfin,  Murano, la plus grande des îles vénitiennes, qui abrite la ville des souffleurs de verre. Après la visite de l’église Santa Maria e Donato, nous admirons les sublimes bijoux et autres objets en verre soufflé, exposés dans  d’innombrables galeries, semblables à de riches palais au mobilier étincelant.

Mais le palais le plus célèbre à Venise est bien sûr le Palais des Doges place St Marc dont les salles surdimensionnées accueillent les touristes pareils à des fourmis un peu désorientées par la beauté des lieux mais aussi par l’étrange sensation que provoque la traversée du Pont des Soupirs dont les murs, vieux de mille ans, renferment les plaintes  de tant de prisonniers. A côté, la Basilique St Marc est d’avantage à taille humaine bien que grandiose de part les somptueuses mosaïques qui ornent ses murs. Pour notre dernier jour, avant de laisser les gondoles – et les pigeons !… – à Venise, une petite course d’orientation nous permet de percer encore quelques secrets de cette ville mythique et de se perdre une dernière fois dans ce labyrinthe emprunt de magie, sous le regard vide des masques dans les vitrines. Le soleil se montre alors pour la première fois, baignant la lagune d’une lumière orangée en cette fin de journée et éclairant les magnifiques mosaïques de la place St Marc. Nous laissons le soin aux statues du lion de St Marc et de St Théodore (ancien patron de Venise), perchés sur leurs colonnes face à la place, de veiller sur la ville. Et c’est avec nostalgie que nous regardons s’éloigner Venise tandis que le Vaporetto gagne la haute mer. Ciao Venezia !

Mais Vérone nous attend, sur la terre ferme. Vérone et ses arènes, aujourd’hui célèbres pour la saison lyrique qui s’y déroule. Non loin, se dresse l’imposante forteresse du château des Scaligeri, famille la plus puissante de Vérone au XIe siècle. Plus tard à l’église de St Zénon, nous sommes tous surpris devant la statue du saint patron de Vérone qui semble nous adresser un sourire bienveillant. Il a peut être veillé jadis sur le couple mythique de Vérone, Roméo et Juliette. Légende ou réalité, leur histoire nous fait toutes – et peut être tous – rêver. La maison de Juliette et le fameux balcon ont inspiré plus d’un touriste vus les ex voto amoureux recouvrant les murs alentour. Mais les 362 marches de la Tour des Lamberti nous font bientôt redescendre sur terre bien que le sommet culmine à quelques 70 mètres de hauteur et la vue imprenable sur Vérone récompense nos efforts. Au pied de la tour, la statue de Dante semble minuscule.

La nuit est tombée et nous montons dans le bus avec un gros pincement au cœur.
A notre arrivée vendredi matin, un épais brouillard baigne la cour du lycée. Ce séjour magnifique est passé trop vite mais il laissera à chacun des souvenirs impérissables.
Les élèves remercient toutes les personnes qui ont permis l’organisation et le bon déroulement de ce voyage.

Coline Pagès, élève de TS

 


Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail