Visite de l’exposition Ilse d’Hollander au FRAC Auvergne

On pourrait jouer sur les mots de son prénom et de son nom. Ilse d’Hollander. A la fois lisse et d’un pays plat ou l’horizon de brume confond le ciel et la terre vers un sfumato étrange. C’est la rencontre d’une classe du lycée en terminale de spécialité arts plastiques avec cette jeune artiste disparue trop tôt.

Parmi les 3000 œuvres découvertes après son suicide une sélection a été opérée par le FRAC et son galeriste pour proposer au public gouaches ,huiles rendant compte d’une recherche inlassable sur ce que peut être l’acte de peindre en oubliant tout ce que l’on peut avoir appris à l’école sur le format, la composition, la perspective, la couleur, la composition,la touche, la figuration, l’abstraction.

Il ne reste plus que les traces d’un savoir maitrisé que l’on tente d’oublier : La petite sensation d’un paysage traversé à différents moments de la journée comme de banales cartes postales, quelques éléments de nature dont la branchette cache la forêt ou l’arc noir de Kandinsky l’effet de perspective. Mais où donc se cache la ligne d’horizon ?

Cliquer pour voir l’album photo :
alb


Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail