Nos élèves étudient le chinois au lycée [La Montagne]

Ils sont en première année de BTS hôtellerie-restauration au lycée de Chamalières et ont décidé de s’initier à la langue et la culture chinoises pour mieux accueillir et servir une clientèle de plus en plus importante en France.

Ce projet d’initiation au chinois est né d’une rencontre avec Isabelle Pillet, inspectrice de chinois pour l’académie de Rennes et celle de Clermont-Ferrand. Il a été retenu dans le cadre des projets innovants du rectorat. Les deux professeures qui le coaniment ont une totale liberté pédagogique pour construire leurs séances et leur progression. À la demande des élèves, une initiation à la seule culture chinoise est proposée en deuxième année avec Jeanne Wang.

Le cours – co-animé par Élodie Rey, professeur d’anglais, et Jeanne Wang, professeure agrégée de lettres, d’origine chinoise – ne ressemble à aucun autre. Ici pas de notes, pas de niveau attendu, juste le plaisir d’apprendre et de découvrir une autre langue, une autre culture. Si l’enseignement est avant tout oral, Jeanne Wang ne s’interdit pas de passer à l’écrit pour expliquer aux élèves comment se forme les mots en chinois.

Les élèves se sont d’abord familiarisés avec la prononciation via le « pinyin » . « Une étape difficile car il y a peu de similtudes entre le français et le chinois ; le son “Zh” par exemple se prononce comme le “J” de “Johnny” », souligne Jeanne Wang, heureuse de l’enthousiasme et de l’ouverture d’esprit des élèves.

Au fil des séances, les étudiants apprennent ces phrases essentielles pour accueillir et servir un client, à l’hôtel comme au restaurant. Lorsque le chinois fait défaut, l’anglais prend le relais, « car les Chinois parlent bien anglais ». Les élèves sont mis en situation, les professeurs corrigent et éclairent les différences culturelles. Mais, au-delà des expressions et des mots de vocabulaire, ce sont bien les éléments culturels qui intéressent les étudiants.

« Pour les Chinois, le chiffre 4 porte malheur, on évitera donc de leur donner une chambre au 4e étage ou la table 4 au restaurant. En revanche, le 6 et le 8 sont symbole de fertilité. Une table ronde sera également plus appréciée, de même qu’une bouilloire dans la chambre… Savoir toutes ces petites choses nous évitera de faire des impairs et nous permettra d’être appréciés », expliquent en chœur Margaux, Lucile et Diego désormais parfaitement conscients qu’« on n’accueille pas un client américain, anglais ou chinois, tout à fait de la même manière ».

« Il s’agit de leur donner des réflexes langagiers et des repères culturels. En quinze heures, ils ne peuvent pas espérer parler, mais au moins peuvent-ils entamer la conversation et poursuivre en anglais. Et c’est indéniablement un plus sur un CV. C’est comme ça que l’an dernier, une de nos élèves a décroché un stage au Mandarin Oriental », explique la proviseure Karine Natale.

« Nous avons conçu ce cours comme un kit de survie pour l’hôtellerie », expliquent Élodie Rey et Jeanne Wang. « Nous avons tout inventé et travaillé nos supports de cours en commun ». Des connaissances qui peuvent faire la différence face à une clientèle en droit d’être exigeante.

Le lycée de Chamalières est un lycée hôtelier « et » un lycée d’enseignement général. À rentrée prochaine, il proposera des cours de chinois en langue vivante 2 dans la continuité du collège Teilhard de Chardin de Chamalières qui propose déjà cet enseignement à ses élèves.

Source : www.lamontagne.fr par Géraldine Messina / Photos R. Brunel


Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail