Voyage culturel à Venise, Maser et Vicence

Une cinquantaine d’élèves inscrits en arts plastiques au lycée est partie pour un voyage culturel empli de surprises et d’émotion.  L’art moderne vu au musée Guggenheim de Venise apparait presque comme très sage après les découvertes des installations des jardins et de l’arsenal où se tenait la biennale de l’art contemporain. Une volonté de tisser du lien au sens propre entre le public et les artistes avec un retour à l’artisanat semblait être l’une des idées phare de cette année. Un métissage de céramiques, tissages, peintures, dessins, vitraux, vidéos sont présentées dans de gigantesques installations ou l’imagination et l’utilisation de matériaux inhabituels incitent le spectateur à réfléchir sur des enjeux de société tels que le recyclage, la mort, la communication, le despotisme, le quotidien, la migration… Une volonté de tromper sur les matériaux utilisés pour regarder davantage.

Le plus spectaculaire aura été sans doute les œuvres de Damien HIRST à la pointe de la douane et au palais GRASSI qui a mis 10 ans grâce à l’aide de François Pinault pour créer un monde de découvertes d’un trésor sous–marin dont les dessins, la maquette du bateau transportant les œuvres, des films et des photographies de scaphandriers retirant les œuvres de la mer induisent le spectateur à le croire. Trompe–l’œil aussi dans la villa Barbaro à MASER sous la forme des fresques de Véronèse, visite ensuite à la villa des nains à Vicence avec les fresques du TIEPOLO, 150 ans plus tard et enfin au théâtre olympique du seizième siècle de Vicence et sa perspective du décor de la scène.

Entre mensonge et vérité se pose la question essentielle pour un public plus habitué à regarder son portable que le vent dans les nuages à apprendre ainsi à contempler tout en restant actif sur les enjeux de toutes ces mises en images.

Voici un diaporama de la journée (cliquer pour voir l’album) :


Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail