Deux lycéens de Chamalières sélectionnés pour le concours général des métiers à Paris (La Montagne)

Elèves au lycée hôtelier de Chamalières (Puy-de-Dôme), et après avoir passé les sélections, en mars dernier, Lina et Matthieu vont défendre leurs chances et les couleurs de l’académie, à Paris, au concours général des métiers.

Il est 9 heures le jour de notre rencontre. A 18 ans, Matthieu Gisard, élève en bac pro cuisine au lycée hôtelier de Chamalières, vient tout juste d’arriver du marché de gros, où il a déjà accompagné Laurent Jury, de la Belle meunière à Royat. Les cours au lycée n’ont pas encore commencé mais le jeune homme est déjà concentré sur son sujet : choisir ses produits, anticiper sa présentation, la technique, la pratique, respecter un timing. Tout comme Lina Bernardo, 18 ans, en bac pro service, originaire d’Issoire, les deux jeunes gens maîtrisent relativement bien le stress à quelques jours du concours général des métiers où ils vont se mesurer à la crème de l’hôtellerie-restauration. Le rendez-vous de l’élite nationale, douze candidats en lice par catégorie.

Les épreuves se dérouleront mercredi 10 mai pour Matthieu, le 11 pour Lina. Cinq heures de concours pour le jeune homme en cuisine ; plusieurs ateliers répartis sur 12 heures pour la jeune fille.

« C’est un concours d’excellence » dit en souriant Nicole Jouffret, professeur de restaurant et d’hébergement, coordinatrice du bureau des stages. « Et c’est beaucoup de travail supplémentaire » souligne Alexandra Marion, directeur délégué formations professionnelles et technologiques. Une surcharge de travail pour les élèves qui sont tous volontaires mais aussi pour les enseignants qui se transforment alors en coach, à l’image de Nicole Jouffret qui accompagnera Lina à Paris. Pour le service « Le moindre geste est décortiqué, étudié. » Pas de place à l’improvisation.

« Des heures d’entraînement, de recherches en dehors de l’enseignement régulier. C’est l’occasion, pour les élèves, de se faire remarquer. Pour les enseignants ça demande une remise en questions. Il y a une évolution permanente. Il faut trouver l’équilibre parfait. »

« On s’appuie sur toutes les compétences incluses dans la formation mais on va plus loin avec ceux qui sont sélectionnés. C’est aussi l’opportunité de rajouter une ligne prestigieuse sur un CV », poursuit Alexandra Marion. Pour Matthieu : « C’est de l’expérience à gagner » ; « un accomplissement et la reconnaissance du travail » pour Lina.

Jugés par des professionnels reconnus de l’hôtellerie restauration c’est assurément la chance de faire de belles rencontres et de s’ouvrir les portes d’un avenir meilleur. Proclamation des résultats début juillet.

Article de Pascal Guinard
Source : www.lamontagne.fr


Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail